LE FOS.COM

Apprentissge collaboratif

La définition de l'apprentissage collaboratif

Henri, F. et Lundgren-Cayrol, K. (2001) soulignent une définition complète de l'apprentissage collaboratif:

L'apprentissage collaboratif est une démarche active par laquelle l'apprenant travaille à la construction de ses connaissances. Le formateur y joue le rôle de facilitateur des apprentissage alors que le groupe y participe comme source d'information, comme agent de motivation, comme moyen d'entraide et de soutien mutuel et comme lieu privilégié d'interaction pour la construction collective des connaissances. La démarche collaborative reconnaît le caractère individuel et réflexif de l'apprentissage de même que son ancrage social en le raccrochant aux interactions de groupe. En fait, la démarche collaborative couple deux démarches : celle de l'apprenant et celle du groupe .

Dans leur ouvrage collectif, Apprentissage collaboratif et nouvelles technologies, les deux auteurs indiquent les principales caractériques de l'apprentissage collaboratif:

1) l'exploration des connaissances d'un domaine pour en dégager la structure plutôt l'assimilation d'un contenu,

2) La réalisation de l'apprentissage dans des situations réelles et authentiques,

3) La participation active et soutenue de l'apprenant à des interactions de groupe,

4) Le développement progressif de son autonomie et de sa capacité d'interagir de manière efficace,

5) Le développement de compétences de haut niveau : analyse, synthèse, résolution de problème.etc,

6) La mise en ouvre de stratégie cognitives et métacognitives efficaces pour exploiter les ressources de cognition disponibles,

7) L'engagement envers le groupe et le partage d'un but commun,

8) Le support mutuel entre apprenants,

9) La synergie du groupe pour l'élaboration des connaissances complexes pour la discussion et la négociation du sens.

Notons que l'apprentissage collaboratif a des origines théoriques dans le courant constructiviste. Selon ce dernier, l'être humain peut réussir à "construire" ses connaissances dans le cadre d' un processus d'interactions entre lui et son entourage. C'est G. Bachelard (Le Nouvel esprit scientifique, 1934) qui a fondé ce courant en lançant sa fameuse phrase "Rien n'est donné, tout est construit". Ensuite, le constructivisme s'est enrichi grâce aux travaux de Jean Piaget et Lévy Vygotski. Chacun de ces deux auteurs adopte sa propre approche. Pour comprendre la différence entre les deux approches, vous pouvez lire ce tableau qui met l'accent sur les approches développemental de J. Piaget et soci-historique de L. Vygotski. De son côté, David Lebow propose un modèle constructiviste basé sur 5 principes principaux:

1) Le maintien d'une «zone tampon » entre l'apprenant et les effets dommageables de l'instruction,

2) L'importance de créer un contexte favorisant l'autonomie des élèves et la collaboration entre eux,

3) La nécessite de mettre en relation l'apprentissage avec la réalité vécue par les apprenants,

4) L'intérêt de favoriser la prise de responsabilité de l'apprenant dans l'apprentissage,

5) L'engagement volontaire des apprenants dans le processus de l'apprentissage.

A partir de cette approche, on assiste à la naissance d'un environnement constructiviste d'apprentissage qui s'oppose à celui de l'apprentissage dit traditionnel. Pour savoir cette opposition, lisez ce tableau

 

 

   
 
 
Bienvenue au site LE FOS.COM, spécialiste en didactique du FOS, conçu par Hani Qotb, docteur en sciences du langage, Université de Montpellier III