LE FOS.COM

Exemples d'élaboration des cours: les affaires

 

Travailler l'expression orale 

Pour un public du français des affaires, on propose le texte suivant tiré d'une revue économique L'Expansion . Il aborde la mise en ouvre du premier train IDTGV. On y trouve les avantages et les inconvénients de ce nouveau système de vente des billets :

Le TGV Internet sème le trouble à la SNCF

Le premier train IDTGV à destination de Marseille est parti en retard après avoir été bloqué par les cheminots en colère. Les syndicats craignent que ce nouveau produit à prix cassés, réservé à Internet, ne préfigure une attaque contre le service public et ses emplois.

C'est sous les cris de « TGV privés, emplois soldés » et 35 minutes de retard que le premier train IDTGV à destination de Marseille a quitté lundi la gare de Lyon. Près de 400 cheminots étaient réunis à l'appel des principaux syndicats de la SNCF pour protester contre le lancement de cette formule de voyage à bas prix réservée aux internautes. La police a même dû intervenir en se déployant le long du quai, afin d'empêcher les manifestants de descendre sur la voie. Reste que l'IDTGV connaît déjà un grand succès auprès des usagers. Selon la SNCF, plus de 200 000 billets ont été vendus depuis l'ouverture des réservations le 17 novembre. Soit une quarantaine de rames.

Pour l'entreprise publique, l'IDTGV n'est pas officiellement qu'un train expérimental destiné à contrer les compagnies aériennes low coste en s'inspirant de leurs techniques. Ce train « interactif-détente-TGV » propose ainsi des tarifs d'appel à 19 euros en seconde classe, et 39 euros en première, et deux « ambiances » de voyage. Le secret de ces prix de départ très bon marché ? D'abord le fait qu'ils ne constituent qu'un produit d'appel, et qu'ils ne représentent au final que 10% des places disponibles. Ils cachent une grille tarifaire comportant pas moins de 15 paliers en deuxième classe, selon le principe de « plus tôt réservé (jusqu'à 4 mois à l'avance), moins cher payé ». Mais l'explication majeure est évidemment Internet, qui fait de l'IDTGV une chasse gardée, et qui permet d'économiser environ 50% de coûts par rapports à une vente au guichet .

Pour les syndicats, toutefois, l'IDTGV n'est rien moins qu'une remise en cause du service public. Et ce d'autant que le monde de gestion retenue alimente le spectre d'une privatisation larvée. Elle a en effet été confiée à une filiale détendue à 100% par la SNCF, ce qui est un moyen d'échapper aux contraintes pesant sur l'entreprise publique. Au-delà, ce sont les possibles suppressions d'emplois, découlant de l' IDTGV, qui inquiètent les cheminots. Surtout si le système devait être étendu. En effet, les billets n'étant disponibles que sur Internet, le rôle des guichetiers serait tout simplement menacé. De plus, comme le contrôle des titres de transport se fait par lecture optique avant l'embarquement, le nombre de contrôleurs nécessaire serait lui aussi réduit. Enfin, dans la plupart des cas, l'IDTGV n'a pas besoin d'un conducteur car sa rame est accrochée à celle d'un TGV Med. L'ensemble de ses mesures permettraient à la SNCF de faire 20% d'économie.» (http://www.lexpansion.com/PID/30.html , 7 décembre 2004. ) .

En analysant cet article économique, on constate que sa structure principale se repose sur quatre éléments principaux à savoir :

- L'introduction : annonce le contenu de l'article.

- Les faits (retard du départ de train, manifestation des cheminots, etc.)

- Les avantages de l'IDTGV : moins cher, faire face aux compagnies aériennes..etc.

- L'opposition des syndicats : remise en cause du service public, privatisation , possibles suppressions d'emploi.etc.

Notons également l'omniprésence des chiffres et des pourcentages dans le texte : 400 cheminots, 200 000 billets, 15 paliers, 19 euros, 10% des places disponibles, 50% de coûts, une filiale détendue à 100%.etc.

On propose les activités pédagogique suivantes :

1- Le concepteur fait une lecture globale du texte.

2- Il demande aux apprenants de lire le même texte en corrigeant au fur et à mesure les fautes de prononciation.

3- Il explique les mots qui peuvent poser des difficultés pour les apprenants (privatisation, internautes, etc.) et aussi certaines abréviations (SNCF et IDTGV).

4- Il peut ensuite poser des questions pour évaluer la compréhension des apprenants :

- De quoi parle-le texte ?

- C'est quoi l'IDTGV ?

- Pourquoi l'IDTGV est-il parti en retard ?

- Quelle est la réaction des cheminots vis-à-vis à l'IDTGV ?

- Quels sont les avantages de l'IDTGV ?

- Pourquoi les cheminots s'opposent-ils à l'IDTGV ?

5- Pour travailler l'expression orale, le concepteur peut diviser les apprenants en deux groupes :

- L'un représente les cheminots.

- L'autre exprime l'opinion de la direction de la SNCF

Chaque groupe défend son point de vue à partir des arguments donnés dans le texte ou d'autres.

6- Le concepteur peut proposer de faire une simulation d'une négociation entre les syndicats et la direction de la SNCF.

L'exemple suivant

 

   
 
 
Bienvenue au site LE FOS.COM, spécialiste en didactique du FOS, conçu par Hani Qotb, doctorant en sciences du langage, Université de Montpellier III